Luc Ferry & Alain Renaut: La pensée 68

Essai sur l’anti-humanisme contemporain

Gallimard, 1988 (1985)     Amazon.fr

Quatrième de couverture:

Ce livre, qui fut au coeur d’une large polémique, témoigne d’un changement de génération intellectuelle. Comme le mouvement de Mai, les principaux courants de la philosophie française contemporaine s’enracinaient dans le traumatisme de l’après-guerre: puisque les valeurs occidentales n’avaient empêché ni le colonialisme ni le totalitarisme nazi, il fallait inventer un avenir tout autre que celui des sociétés libérales. Mettant en question l’humanisme et la culture démocratique, les pensées issues de Nietzsche, de Heidegger, de Marx et de Freud, dont cet essai démêle et identifie les apports chez Foucault, Derrida, Bourdieu et Lacan, occupèrent le devant de la scène.

Beaucoup mesurent aujourd’hui, y compris parmi les acteurs de Mai qui s’interrogent à nouveau sur les chances de la démocratie, que la philosophie des structures et de la “mort de l’homme” est désuète. L'”affaire Heidegger” vient de manifester les difficultés auxquelles se trouve confrontée la tradition anti-humaniste: raison supplémentaire, et impérieuse, d’en comprendre la genèse et d’en repérer les impasses.

Biographies des auteurs:

Agrégé de philosophie et de sciences politiques, docteur d’Etat en sciences politiques, Luc Ferry mène d’abord une carrière d’enseignant et de philosophe. Entre 1984 et 1985, il publie les trois tomes de sa ‘Philosophie politique’, dont il écrit le dernier avec Alain Renaut. Cette collaboration se poursuit notamment avec, ‘La pensée 68 – Essai sur l’antihumanisme’ et ‘Système et critique’ en 1985, et avec ‘Heidegger et les modernes’, en 1988. En 1992 paraît ‘Le nouvel ordre écologique – l’arbre, l’animal et l’homme’, traduit en plus de quinze langues, qui lui vaut le prix Médicis essais ainsi que le prix Jean-Jacques Rousseau. Intellectuel très médiatisé, il mène en parallèle une carrière politique discrète avant d’entrer au gouvernement en mai 2002, à cinquante et un ans, en tant que ministre de la Jeunesse, de l’Education et de la Recherche. Il préside en effet depuis 1994 le Conseil national des programmes et participe en 1997 à la commission présidée par Pierre Truche pour la réforme de la justice. Après la refonte ministérielle de mars 2004, lors de laquelle il quitte ses fonctions, il est nommé président délégué du conseil d’analyse de la société (CAS) et entre au Conseil économique et social.

Wikipédia

Alain Renaut est professeur de philosophie politique et d’éthique à l’université de Paris IV Sorbonne et à l’Institut d’études politiques de Paris, ainsi que directeur de l’Observatoire européen des politiques universitaires (OEPU). Il a publié de nombreux ouvrages de philosophie, notamment avec Luc Ferry. Sa pensée, dans le domaine de la philosophie pratique, s’inscrit dans la tradition du libéralisme politique et moral.

Wikipédia

0 Responses to “Luc Ferry & Alain Renaut: La pensée 68”



  1. Leave a Comment

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s




Categories

Archives

Recent Comments

Jan Olof Bengtsson on The Significance of Franklin…
AS on The Significance of Franklin…
Bas on The Significance of Franklin…
Bas on The Significance of Franklin…
Jan Olof Bengtsson on Salvini, SD och EU-reformismen…
Jan Olof Bengtsson on 10 år
RB on 10 år
Jan Olof Bengtsson on 10 år
axelwkarlsson on 10 år
Jan Olof Bengtsson on 10 år
sui generis on 10 år
Victor on 10 år
Jan Olof Bengtsson on Moderat omprövning
Irminsul on Salvini, SD och EU-reformismen…
Jan Olof Bengtsson on Salvini, SD och EU-reformismen…
All original writing © Jan Olof Bengtsson
"A Self-realized being cannot help benefiting the world. His very existence is the highest good."
Ramana Maharshi