Alain Renaut: L’ère de l’individu

Contribution à une histoire de la subjectivité

Gallimard, 1989     Amazon.fr

Quatrième de couverture:

L'ère de l'individuLa culture moderne n’en a jamais fini de dissiper le mystère qu’elle constitue pour elle-même. Deux schémas principaux in spirent aujourd’hui cette autoréflexion de la modernité. Dans la mouvance de Heidegger, les Temps modernes assurent le règne sans partage du sujet au sein d’un univers réduit à être objet de maîtrise et de possession. Selon une inspiration tocquevillienne comme celle, en particulier, de Louis Dumont, c’est l’individualisme qui, rompant avec la domination traditionelle du collectif, sert de fil conducteur omni-interprétatif. Ces lectures ont pour point commun de rendre la modernité homogène, assimilée au “tout-sujet” our au “tout-individu”. Et surtout, elles occultent la césure qui brise l’histoire du sujet moderne en infléchissant l’humanisme vers l’une de ses figures possibles, problématique et évanouissante: l’individualisme.

L’archéologie de cet énigmatique déplacement conduit Alain Renaut jusqu’à Leibniz. Là s’est décidée une profonde mutation: l’affirmation de l’individualité devient soudain compatible, au prix d’un dispositif intellectuel inédit, avec celle d’une rationalité du réel. Une culture de l’indépendance où chaque être, ne se souciant que d’accomplir sa nature, contribue à manifester l’ordre du monde, se greffe sur la valorisation de la raison. Invention géniale qui, répétée à sa manière par l’empirisme de Berkeley ou de Hume, parachevée par Hegel, a marqué la fin du rationalisme ascétique: l’individualité n’était plus contrainte de se sacrifier sur l’autel de la rationalité et pouvait se déployer librement; au point, chez Nietzsche, d’anéantir tout principe de limitation.

Ainsi débarrassée des fausses linéarités, la logique de la modernité apparaît sous un jour neuf: loin d’avoir sans cesse consolidé le pouvoir de la subjectivité, elle a été aussi le lieu de son éclipse. Dynamique de la modernité qui, à l’âge de l’individualisme absolu, nous lèque la tâche de fair resurgir l’exigence d’autonomie qu’exprime, si elle se peut encore assumer, l’idée du sujet.

Biographie de l’auteur:

Wikipédia

0 Responses to “Alain Renaut: L’ère de l’individu”



  1. Leave a Comment

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s




Categories

Archives

Recent Comments

AS on The Significance of Franklin…
Bas on The Significance of Franklin…
Bas on The Significance of Franklin…
Jan Olof Bengtsson on Salvini, SD och EU-reformismen…
Jan Olof Bengtsson on 10 år
RB on 10 år
Jan Olof Bengtsson on 10 år
axelwkarlsson on 10 år
Jan Olof Bengtsson on 10 år
sui generis on 10 år
Victor on 10 år
Jan Olof Bengtsson on Moderat omprövning
Irminsul on Salvini, SD och EU-reformismen…
Jan Olof Bengtsson on Salvini, SD och EU-reformismen…
axelwkarlsson on Salvini, SD och EU-reformismen…
All original writing © Jan Olof Bengtsson
"A Self-realized being cannot help benefiting the world. His very existence is the highest good."
Ramana Maharshi